STAGE TNT REGNIESSART 2013

  S T A G E   T N T   R E G N I E S S A R T   2 0 1 3  

Avant-propos

Enfin un stage auquel je sais et je peux participer. Et encore, pas en entier. Déjà que je ne suis pas arrivé en même temps que tout le monde, en plus, je suis reparti avant la fin...

Au départ, tout avait déjà commencé le vendredi soir avec, en toile de fond, la retransmission du match des Diables Rouges. Les membres présents expliqueront bien mieux que moi les péripéties liées aux breuvages locaux et à la nourriture exotique et lipidique...

Samedi 08 juin

Toujours est-il que pour ma partie du stage, tout débutait ce samedi matin. J'avais prévu d'arriver pour le petit-déjeuner vers 09h00 mais une déviation pour travaux et deux arrêts pour laisser passer une rando cycliste ont fait que je suis arrivé sur site avec quarante minutes de retard...

Les autres avaient visiblement changé le planning de la journée car ils étaient déjà prêts pour partir rouler. Paul-Henri me donne exactement 5 minutes montre en main pour m'apprêter, ce qui voulait dire : me changer, monter le vélo et le matos. Je me suis dépêché et j'ai du mettre approximativement un peu plus. Nous sommes partis sans Vincent, victime d'un ennui mécanique...

Le cortège quitte Regniessart pour Oignies-en-Thiérache et déjà la première difficulté du jour (1). Rapidement, les hommes forts se font remarquer, à moins que ce soit l'homme faible qui décroche déjà. L'avenir nous le dira. Arrivé au sommet, on aborde une longue descente. Au début, la route n'est pas top et je perds à nouveau du terrain. Puis d'un coup, on passe sur une route magnifique et ce, juste après un panneau sur lequel il est inscrit "France". Eh oui, tout est dit. La route continue de descendre mais je ne parviens pas à rattrapper les autres. Ah si, j'y arrive : ils m'attendent. On arrive ainsi en peloton groupé à Fumay, sur la Meuse...

C'est à ce moment que Vincent nous contacte pour nous signaler que son problème est résolu. On lui fixe rendez-vous à Hargnies. Lui, il y va en voiture et nous à vélo. On quitte Revin pour Haybes, où l'on attaque la seconde difficulté du parcours, la Côte de Hargnies (2). Dès les premiers mètres d'ascension, je suis à nouveau laché du groupe. Heureusement pour moi, François B a aussi des difficultés en côte et nous faisons toute la montée ensemble. Les autres nous attendent au dessus et c'est en groupe que nous arrivons à Hargnies, là où nous attend Vincent. Petite pause, juste le temps de prendre une photo de groupe et nous reprenons la route en direction de Monthermé.

Stage TNT - 02.jpg

...Vincent ... Jonathan ... François B ... moi ... Paul-Henri ... François D ... Benoît ...

Stage TNT - 05.jpg

Pour quitter Hargnies, la route recommence à grimper... et c'est la troisième difficulté du jour (3). Re-belote... Les mêmes devant (P-H, Vincent, Benoît et François D) et les mêmes derrière (Jonathan, François B et moi). Je ne sais pas si cette côte me convient mieux que les deux précédentes mais je parviens à creuser un tout petit écart avec mes deux camarades. Je pars en contre...

Eh... C'était pour rire, hein !!! Si je suis arrivé à rejoindre les échappés, c'est juste parce qu'ils se sont à nouveau arrêtés. Mais soit... Juste après la côte, il y a encore un long faux plat de plusieurs kilomètres. Le groupe est recomposé et il aborde maintenant une portion roulante. La vitesse augmente et les relais commencent à passer. Pendant plusieurs minutes et bien aidé par la petite pente favorable de la route, je prends aussi mes relais. Ensuite tout le monde se relève, sauf Vincent qui prend un peu d'avance afn de faire de nouvelles photos.

Stage TNT - 06.jpg

Arrive la plongée sur Monthermée. Je perds à nouveau le contact avec le groupe même si ma vitesse dépasse par moment les soixante kilomètres par heure. Vers la fin de la descente, je réussi à recoller au groupe. En fait, je joue au yoyo, comme avec mon poids (lol)...

Entre Monthermé et Revin, la prochaine ville, il y a deux possibilités ; soit la départementale soit la voie verte. C'est la seconde option qui est choisie. Mais c'est quoi la voie verte me direz-vous ? En fait, c'est comme le Ravel chez nous mais en France et en mieux. Le revêtement est parfait, totalement à l'écart des voitures sauf peut-être sur un tronçon de 200m. Le groupe arrive ainsi assez rapidement en vue de Revin, non sans avoir fait un arrêt nature et pris quelques clichés...

Stage TNT - 08.jpg

Avant d'arriver à Revin, vite un peu de géographie. La Meuse serpente beaucoup et afin d'éviter un méandre de quatre kilomètres, un canal sous la colline a été creusé. Les seuls bâteaux qui circulent aussi haut sur le fleuve ne sont en fait que des bâteaux de plaisance ou de tout petits chalands. Et sous cette colline, à côté du petit canal, passe la voie verte. Fin du cours...

Heureusement que j'ai été assez bref car nous sommes déjà arrivés à Revin et donc nous empruntons ce passage souterrain. Bien évidemment, comme c'est creusé à même la roche, certains écoulements d'eau nous humidifient mais dans l'ensemble, c'est sympathique et original...

On tourne un peu dans Revin avant de retrouver la bonne direction ; celle de la ville fortifiée de Rocroi. C'est reparti pour de la grimpette. Les consignes sont claires : rendez-vous là-bas. La quatrième difficulté commence (4). A nouveau, je me fais distancer par les forts. François B et Jonathan sont derrière moi. J'arrive sans trop de dégats au sommet. Une courte récupération avant la côte suivante (5). Celle-ci va faire mal, très mal. D'autant que mon vélo recommence à faire beaucoup de bruit et que je n'ose plus me mettre en danseuse ; le bruit s'accentuant encore. Je dois donc tout monter assis. A chaque virage, je me dis que j'arrive au sommet. Ben non, ça continue à monter. Mais à force de pédaler, de courage et de peur de passer pour une lopette, je parviens quand même au dessus, ou devrais-je dire à la fin de la côte car un long faux plat à 3% suit encore pendant plus d'un kilomètre...

Au carrefour suivant, les leaders m'attendent. Je suis exténué. Une petite halte ne pourra me faire que du bien. Le reste du groupe se ressoude à nouveau. Nous reprenons notre route pour quelques minutes, le temps de trouver un lieu pour le repas du midi.

Stage TNT - 09.jpg

Stage TNT - 10.jpg

Après s'être correctement rassasié et après refait le plein des bidons, nous reprenons notre randonnée, non sans avoir fait le tour des fortifications rocroyennes...

Nous reprenons donc la direction de la Belgique et plus précisement de Couvin. Nous allons avoir droit à des belles portions de routes en descente. Mais le vent commence à se lever et nous l'avons de face. Les vitesses sont donc moins importantes qu'imaginées. Arrivé à la frontière (symbolisée par le changement de revêtement), une toute petite bosse, même pas répertoriée et je décroche une fois de plus, mais seul sur ce coup. Je ne reverrai les autres qu'une fois ceux-ci arrêtés à l'entrée de Couvin...

C'est à partir d'ici que le groupe va se séparer. P-H, Vincent, Benoît et François D vont aller repérer le parcours vélo du triathlon des Sharks qui aura lieu dans trois semaines. François B et Jonathan vont rentrer via Couvin et Nismes tandis que moi, je vais faire demi-tour pour tenter de retrouver mon bidon d'eau certainement tombé suite à un des nombreux trous dans la route belge...

Tandis que les uns et les autres font ce qu'ils ont à faire, je rebrousse chemin. Je cherche mais sans succès jusqu'à ce que je décide d'abondonner mes investigations et de retourner sur Couvin. Maintenant, je ne sais plus où en sont les autres. Tant pis, je vais rentrer par moi-même, via Couvin et Nismes. C'est ce que je fais. Pour sortir de Couvin, il y a une petite bosse que je passe avec le vent de face. Arrivé à Nismes, je me rends compte que la route pour Regniessart, c'est celle que j'ai emprunté en venant et qu'elle est à peine carrossable. Je décide donc de faire le tour par Olloy-sur-Viroin et Oignies. Pour atteindre Olloy, c'est légèrement vallonné, mais...

Mais pour faire Olloy - Oignies, la sixième et dernière difficulté de la journée (6). Mes jambes n'en veulent plus et mon vélo pareil. Je monte petit, en 39x23 mais ce n'est pas assez. Combien de temps encore vais-je souffrir ? D'autant que mon seul bidon maintenant est épuisé lui aussi. La fin de la côte, c'est pour quand ? Ah enfin, quand même ! Ah non, il y a aussi un long faux plat derrière. A mon avis, le faux plat doit être une spécialité locale. Je ne sais combien de bornes il reste et moi, incapable de relancer. Je ne suis pas un grimpeur et aujourd'hui, j'en ai eu ma dose...

Et le miracle se produit : j'arrive à Oignies. Il ne me reste plus maintenant que le retour sur Regniessart. Je finis par apercevoir la maison. Je stoppe, je suis à bout. Le compteur indique : 130,3km et 5h00'...

Résumé des principales difficultés du parcours :
(1) : 1600m et 085m (385m - 300m) de dénivellé (5,3% de moyenne et 08% max),
(2) : 5400m et 252m (370m - 118m) de dénivellé (4,6% de moyenne et 11% max),
(3) : 2700m et 156m (446m - 295m) de dénivellé (5,8% de moyenne et 12% max),
(4) : 1200m et 071m (209m - 138m) de dénivellé (5,9% de moyenne et 10% max),
(5) : 3300m et 166m (358m - 194m) de dénivellé (5,0% de moyenne et 12% max),
(6) : 2700m et 181m (320m - 139m) de dénivellé (6,7% de moyenne et 11% max),
à quoi il faut rajouter les petites bosses, les faux plats, etc... Ce qui donnerait un dénivellé positif d'environ 1700m...

Tous les autres stagiaires sont déjà là, changés, siroptant une boisson fraîche. A côté d'eux, je fais pâle figure. Je n'ai qu'une envie ; boire un grand verre d'eau, puis un deuxième, puis un troisième...

Un peu de récupération ça me fera le plus grand bien mais il ne faudra pas tarder qu'il y a un petit entrainement de course à pied de prévu. Et c'est dans pas longtemps. Je monte me changer...

Afin de ne pas imposer une boucle trop longe, notre hôte nous concocte un petit tour d'environ 1500m. On démarre, chacun à son rythme. Même en course à pied, je suis le dernier, sauf qu'ici, nous ne sommes plus que cinq. Jonathan, avant de rentrer chez lui pour préparer son premier triathlon, le lendemain, est parti reconduire Vincent à sa voiture...

Après le premier tour, je me rends compte que le parcours n'est pas pour fait pour moi et comme je suis quand même déjà tout seul, j'opte pour des allers-retours sur la route. De ce fait, je croise les autres. Au total, je cours quand même 6,4km en 35'10''...

Douche méritée pour tout le monde avant un débriefing (ça fait bien) autour d'une table et d'un verre. Xavier et Luc sont venus nous rejoindre pour le restant du stage...

Stage TNT - 11.jpg

Stage TNT - 12.jpg

Pour le repas du soir, l'organisateur avait réservée chez Akim et son couscous royal. C'est avec deux véhicules que nous nous rendons à Nismes. L'accueil, le service et surtout la nourriture étaient à la hauteur des belles phrases entendues depuis le matin. Nous nous sommes régalés et je dois avouer que j'ai même forcé pour finir mon assiette, tant je ne voulais rien perdre. Ensuite, Vincent nous quitte également car demain, il a les interclubs de tennis. Evidement, pour bien faire descendre le tout, il fallait se rendre dans un autre établissement, là où est brassée une spécialité locale. A part moi bien sûr, et ma tolérance zéro, les autres ont goûté à deux de ses brassages. Ils en étaient fort content. Finalement, la taverne a fermé et nous, nous sommes rentrés pour pieuter car demain, c'est une journée sportive qui commence déjà à huit heures...

Aussitôt arrivé, aussitôt couché, aussitôt endormi...

Dimanche 09 juin

Déjà debout à six heures et demi pour un brunch très léger car rapidement, trois véhicules emmènent tout le petit monde pour un entrainement en eaux vives...

Une fois sur place, on se change et on enfile nos combis. J'ai un peu de mal. Le fond de l'air est frais... Le fond de l'eau aussi...

Stage TNT - 13.jpg

Stage TNT - 15.jpg

Stage TNT - 16.jpg

Stage TNT - 17.jpg

On se concentre...

Stage TNT - 19.jpg

Paul-Henri fixe un arbre... Celui-là... Et c'est parti...

Stage TNT - 18.jpg

Mon dernier contact avec l'eau libre remonte au Triathlon de Chièvres, le 02 septembre dernier, soit 9 mois et demi. Cela veut tout dire. Lunettes mal réglées, sensations de compression, mauvaise respiration et voilà que la première traversée se transforme en calvaire. Au loin, sur la rive, les autres m'attendent et discutent. A peine le temps d'arriver et direction un second arbre puis un troisième avant de long morceau pour retourner au départ. Au fur et à mesure que les mouvements passent, je retrouve à peu près ma technique. J'ai dit "ma" technique, pas "la" technique. Je suis finalement assez satisfait de ma sortie. J'espère pouvoir m'échauffer lors des prochaines compétitions afin d'éviter les soucis...

Stage TNT - 21.jpg

Stage TNT - 22.jpg

Toute les bonnes ont une fin et pour moi, c'est maintenant. Je ne me sens pas capable de suivre le groupe lors de la sortie vélo programmée dans les minutes prochaines, d'autant que je suis quand même dans ma semaine de récupération, et là, pour le coup, je ne récupère juste rien du tout...

Pendant que j'écris, les autres se rhabillent et prennent même des photos. Ils doivent encore m'attendre. Allez, on remonte dans les voitures et retour à Regniessart...

Je quitte donc à regret le groupe et par respect, je les suis en voiture pendant quelques minutes...

Je voudrais ici remercier François D, ses parents et aussi son Grand-Père, sans qui ce stage n'aurait pas eu lieu. Accueil simple et conviviale, paysages magnifiques, etc... Que demander de plus ?...

Pour Fabreizhad Triathlon, Moi... d;-)

Écrit par Fabrice CLOSSET Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci de m 'avoir fait revivre ce très bon stage:)
Merci pour le temps consacré, tu as du talent!

Paul-Henri

Écrit par : Burrion | 21/06/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.